Julie !

 

 

 

 

 



Julie Courteille est notre prof de danse depuis des années. Je lui ai posé quelques questions à propos de sa passion.

 

 


  • Depuis combien de temps es-tu prof de danse ? 

"Je suis prof depuis 11 ans, je préfère dire animatrice car je n'ai pas de diplôme spécifique à la danse."

 

  • A quel âge as-tu commencé à faire de la danse ? 

"Je n'ai pris des cours de danse qu'à l'âge de 15 ans (uniquement danse africaine) et durant 7 ans, mais j'ai toujours aimé danser et je continue à faire des stages dès que je peux, pour m'enrichir toujours plus."


  • En quelques lignes, quel est ton parcours ? 

"Concernant mon parcours, après la seconde je suis partie en BEP puis BAC pro dans le domaine équin, puis j'ai arrêté car c'était un milieu très difficile pour moi. Ayant toujours aimé le sport, j'ai bifurqué ensuite en tronc commun suivi d'un BEESAPT (Brevet d'état d'éducateur sportif activités physiques pour tous = multisports). Evidemment la partie de la formation consacrée à l'expression corporelle ainsi que les activités de remise en forme (step, LIA, renforcement musculaire) m'ont beaucoup plu et c'est ce qui m'a été proposé comme emploi à la sortie de ma formation; je me suis donc lancée et tout s'est enchaîné. "


  • Tu donnes des cours de danse à des élèves allant de 5 à 20 ans voire plus, qu'est-ce qui est le plus difficile pour chaque groupe d'âge, et qu'est-ce qui est le plus plaisant ? 

"Je donne des cours à partir de 5 ans, au début cela consiste à savoir écouter la musique, appréhender le rythme (chez certaines c'est inné, chez d'autres ça se travaille, (ça c'est pas évident!), prendre conscience de son corps dans l'espace, adapter les mouvements à des musiques rythmées, douces, reconnaître les couplets, refrains... 

Ensuite vient la coordination, les comptes en rythmes (de 1 à 8), aller au bout de ses mouvements (amplitude...) et tout ce qui est technique (pirouettes, sauts, tonicité, relâchement...). Le plus difficile pour les petites est donc l'apprentissage du rythme s'il n'est pas inné, puis de toujours être à l'écoute de la musique, rester en connexion avec elle; les petites n'ont aucun soucis de mémorisation, mais font parfois les mouvements machinalement et ne suivent plus le rythme.


Deuxième point pour les 8-10 ans, être capable de compter tout en étant concentré sur la musique et ses mouvements. Une fois que cela est acquis, aller jusqu'au bout de ses mouvements, souci pour tous les ages avec les extrémités, mains et pieds, qui sont souvent oubliés. Prendre conscience que les extrémités y sont pour beaucoup dans la finalité et la beauté de la danse, je le répète sans cesse, ainsi que la bonne tenue des bras qui sont souvent lourds!

Ce qu'il faut gérer également, ce sont les différences de niveau au sein d'un même groupe, pas trop difficile pour les plus novices, pas d'ennui pour les plus expérimentées. Mais j'ai souvent remarqué que celles qui rencontrent des difficultés sont tirées vers le haut grâce aux autres et je n'hésite pas à reprendre individuellement si besoin, les filles comprennent que chacune est importante et que l'on doit avancer ensemble si l'on veut un bon résultat.


Enfin, j'ai pu remarquer quelque chose d’intéressant, il y a le cap de l'adolescence ou chez certaines il peut y avoir une régression... Certaines sont bien dans leur corps depuis toute petite et leur changements physiques et tout ce qui se joue à l'adolescence ne modifie en rien leur façon de danser. Pour d'autres, on sent une retenue, moins d'aisance, moins de précision dans le mouvement. Pour celles que j'ai pu suivre avant, pendant et après, cela revient ensuite. Mais il est clair, selon moi, que la façon de danser de chacune reflète une partie de son tempérament et de son caractère."

 

  • Qu'est-ce qui te motive à nous donner des cours chaque semaine ? 

 

"Le plus grand plaisir c'est de retrouver mes filles chaque année, pour celles qui me sont fidèles et de toujours garder à l'esprit que la danse est leur loisir; le principal est qu'elles prennent du plaisir. Apprendre et progresser, oui, mais dans la bonne humeur et dans le partage... Je reste exigeante, je demande de la rigueur, mais quand je perds patience car les choses n'avancent pas comme je veux, j'essaie de garder ça en tête. Et je pense que je peux me permettre de leur en demander beaucoup, car je leur donne beaucoup de moi et je pense qu'elles le savent car elles me le rendent bien."

 

  • Quelles sont les choses les plus plaisantes pour toi ? 

"Les choses plaisantes... aaahhh... il y en a tellement... Voir des petites arriver timides ou maladroites, qui évoluent, s'affirment et se révèlent au fur et à mesure des cours... Voir une chorégraphie que j'ai seulement "pensé", prendre forme avec 15 ou 20 jeunes, car c'est ça qui rend belle une danse selon moi, c'est l'effet de groupe! Donc la satisfaction de voir un groupe être bien synchro et au point sur une chorégraphie qui à été bossée et rebossée plein de fois, c'est que du bonheur! C'est galérer et répéter certains mouvements ou il y a des blocages pour finir par réussir, ou à moi d'adapter si j'ai vu trop compliqué (ce qui arrive aussi)."


 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0